Un Fil – Les Musiciens !

Mot-clef du jour : « projet d’outre-tombe »

Aujourd’hui, je vous cause des musiciens qui s’occuperont de la musique de Un Fil. Rock, metal et classique en influences… au résultat, du bon son bien chiadé, avec un vrai beau ressenti.

James LeonardJames Leonard :

James Leonard est un guitariste, bassiste et compositeur d’origine écossaise, vivant dans la région Grenobloise. Autodidacte, il apprend la guitage à l’âge de 15 ans et se passionne pour le métal/new métal (Deftones, Marilyn Manson, A Perfect Circle…). Puis, ses goûts évoluent vers une musique plus sombre et violente (death métal, métal expérimental…). Il tâte également de l’electronica et du rock, développant un attrait particulier pour les albums conceptuels et minimalistes.
Il officie dans les groupes Project JIM, Wolflust (metal) et Altered Beats (electro progressif), en plus de son projet personnel Jambalaya Window and the Midwest Lover. Ses travaux visent à explorer et rechercher une richesse et une expérimentation sonore, tout en gardant un contenu émotionnel, indépendamment du style musical déployé.
Son site Web.


Luc MessinaLuc Messina :

Luc est tombé dans la musique vers 2004, après avoir découvert le metal et le rock progressif, des genres qui l’ont par la suite toujours passionné et inspiré. Il débute comme guitariste, compositeur et parolier au sein de Dreams Reflection, avec son frère à la batterie. Le groupe, toujours actif, sera renommé Demenseed fin 2009, alors qu’il prend une orientation plus Death Metal.

En 2007/2008 , il commence à composer ses propres morceaux, et signe, avec Dig Up Elvis, la musique du moyen métrage Les Âmes Pixellisées. Il en profite pour s’intéresser plus précisément à la musique de films, tout en s’essayant à l’éclectro, au rock progressif, puis à des compositions instrumentalement plus techniques. « Maintenant, nous dit-il, quand je compose, je me fais toujours une scène dans la tête, j’essaie d’avoir une histoire, une image ou une impression à illustrer par le son pour donner plus de fond à mes morceaux. »
Ses goûts éclectiques (de Genesis à Stravinski, en passant par Mike Oldfield ou Annihilator) ne l’empêchent pas d’avoir un attrait particulier pour ce qui sort un peu de l’orinaire, comme Björk, Nabuo Uematsu, Magman Boards of Canada, Dead Can Dance, et tout une liste de gens qu’il m’a cités et dont je ne connais pas les neuf dixièmes.
Parallèlement, il a suivi une formation d’infographiste qui, assure-t-il, lui a permis d’avoir un meilleur raisonnement créatif, de savoir où il va quand il compose. Ça tombe bien : péter les frontières entre les arts, nous, on aime ça !
Son site Web.

Et n’oubliez pas de rejoindre la page FaceBook du film. Partagez !

Dire un truc.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *