Archives du mot-clé bande dessinée

Rappel

Mot-clef du jour : « j’ai ma vie d’adulte »

Suite à la Marche des auteurs de bandes dessinées au festival d’Angoulême, je me suis dit que c’était l’occasion de donner une seconde vie à ce texte que j’avais écris il y a déjà six mois (six mois qu’on nous balade alors que nous ne demandons qu’une concertation à propos des modalités d’une réforme que nous acceptons par ailleurs) pour Le Plus du Nouvel Obs.

Je suis scénariste de bandes dessinées depuis 2005. Après quelques succès d’estime, je travaille sur une série grand public, bien défendue par mon éditeur. Aujourd’hui, avec deux enfants à charge et un conjoint à temps partiel, je gagne l’équivalent de 950 euros par mois.

Pourtant, ma situation n’est pas la pire parmi mes collègues. Nous subissons largement précarité et pauvreté. Seule la distance séparant l’épée de Damoclès de nos nuques varie. Mais on s’habitue. On apprend à vivre en oubliant jusqu’au souvenir des moments de sérénité.

Contrairement à d’autres travailleurs pauvres, nous exerçons un métier-passion. C’est une chance et une richesse que nous n’aurons jamais l’indécence de réfuter.
Je ne me plains pas, donc.
Et je suis débrouillarde : jamais d’emprunt, jamais de découvert… Je parviens même, en sacrifiant ma vie sociale, à mettre parfois quelques dizaines d’euros de côté.
En opposition à l’imagerie populaire qui se plaît à dépeindre les artistes comme de grands enfants rêveurs, ce métier nécessite beaucoup de rigueur et un profond sens des réalités.

Il y a deux ans, mon conjoint a soudainement perdu son travail. J’ai utilisé mon maigre réseau dans le but de décrocher, en urgence, de nouveaux contrats.
Le fort relais de mon annonce m’a fait prendre conscience que je n’étais pas seule. Que tous ces gens qui partageaient ma demande étaient motivés, outre par la volonté d’aider, par la peur.
« Demain, ça pourrait être moi », m’ont-ils avoué.
Nous nous serrions les coudes, toujours sans nous plaindre. Métier passion.

L’année dernière, je me suis tout de même permis d’interpeller Mme Filippetti quant à l’optimisme malsain de ses propos au Festival d’Angoulême.
En effet, comment pouvait-on affirmer sans trembler la bonne santé d’un secteur dont le premier maillon, les auteurs professionnels (sur lesquels repose au bas mot 80% de l’économie du livre, un domaine qui génère 80 000 emplois) gagne à peine de quoi se loger et se nourrir ?
J’ai manifesté mon incompréhension, j’ai déballé sans pudeur ma situation personnelle, recevant les promesses rassurantes de son chef adjoint de cabinet et le mépris de son conseiller en communication.
Je ne me suis pas plainte. Métier passion.

Aujourd’hui, le RAAP, l’organisme chargé de gérer notre retraite complémentaire, a décidé de passer d’un système de cotisations par tranches à un calcul en pourcentage de nos revenus. Sans concertation ni étude d’impact sur notre niveau de vie, ce taux a été fixé à 8%.
8%. Un douzième.
Un mois de revenus en moins pour une profession dont l’immense majorité des actifs ne gagne même pas le SMIC pour des journées de 10 à 15 heures de travail, week-ends compris.

Je ne pourrai pas payer.
La retraite complémentaire est un progrès social. Même si, comme beaucoup d’indépendants, nous ne nourrissons que peu d’illusions quant à ce qu’elle nous rapportera vraiment, nous jouons le jeu. Par solidarité.
Et un système proportionnel aux revenus nous semble juste. Mais ce taux ubuesque tuera la plupart d’entre nous. Je ne serai ni la première ni la dernière à tomber.

Métier passion ?

 

Nous payions déjà un lourd tribut pour avoir eu le courage et la chance de l’exercer. Nous n’aurions jamais imaginé que la mise à mort viendrait d’un organisme censé protéger nos intérêts.

 

Plus de 1000 auteurs de BD (sur environ 1500 professionnels) ont, à ce jour, signé une lettre ouverte à la ministre de la Culture. 
Le 26 juin, une délégation de notre syndicat sera reçue au ministère. Nous voulons un abaissement de ces prélèvements, un étalement de la réforme, un peu de sang froid et de rationalité…
Depuis une semaine, de nombreux auteurs d’autres secteurs du livre nous rejoignent. Nous nous fédérons afin de sauver nos emplois, nos existences, notre avenir.

 

Si cette réforme est malgré tout ratifiée, demain, seuls les plus riches d’entre nous pourront se permettre de continuer. A quoi ressemblera cette nouvelle production ?

 

Je me plains, donc.

 

Et, entre un soupir inquiet quant à l’avenir artistique de ma profession et une recherche d’emploi qui m’apprend que je suis surqualifiée/surdiplômée pour tout travail alimentaire, je me demande si, en 2016, les personnes supposées assurer ma sécurité vont, avec la complicité de l’État, me mettre à la rue avec mes gosses.

Auteurs de bd – Non, tout n’est pas « extrêmement positif »

Mot-clef du jour : « blague extremement drole »

Lettre à Madame la ministre de la culture, Aurélie Filippetti, suite à son entretien avec Didier Pasamonik, du site ActuaBD.

Madame la Ministre,

Scénariste de bandes dessinées, j’ai lu avec intérêt votre interview sur le site actuabd. Je ne vous cache pas que j’en suis ressortie triste, amère, et très inquiète quant à l’avenir de ma profession.

Passe encore votre méconnaissance de ce média, vous avez au moins la franchise de la reconnaître. Passent plus difficilement les clichés que vous y associez (oseriez-vous tenir ces mêmes propos vis à vis du cinéma, un autre « art populaire » destiné à ceux qui n’ont pas la maturité ou l’intellect nécessaire pour aborder de vraies œuvres ?). Ne passent pas du tout vos affirmations quant à la santé du milieu qui, selon vous, semble se résumer au nombre de sorties.
Vous parlez du numérique comme d’un sujet réglé alors qu’il s’agit de l’un des plus gros conflits actuels entre auteurs et éditeurs. Il existe un syndicat des auteurs, le SNAC, qui œuvre depuis des années, en vain, pour aboutir à un accord raisonnable sur ce sujet. Mais vous n’avez discuté qu’avec le SNE. Auriez-vous parlé d’accord sur une politique industrielle en ne négociant qu’avec le MEDEF ?
Vous semblez ignorer la fulgurante baisse des ventes des nouveautés mises sur le marché, et même la diminution de la rentabilité des best-sellers. Mais, eh, « la diversité est conservée » !
Vous parlez des libraires, en affirmant que le livre n’est rien sans eux. L’affirmation, un peu plus nuancée, aurait pu être vraie. Mais vous semblez oublier que l’inverse l’est plus encore. Un écrivain, sans éditeur, ni diffuseur, ni libraire, est toujours un écrivain. Mais aucune des professions du livre n’existerait sans les auteurs. Les auteurs, systématiquement oubliés de toute discussion un peu sérieuse (entendez par là : « économique ») sur leur milieu.

Permettez-moi de brièvement vous exposer mon cas. Je suis scénariste professionnelle depuis 2006. Je travaille à plein temps avec quatre des plus gros éditeurs de bandes dessinées. Malgré ma faible notoriété, mes livres (pas tous pour les enfants, certains littéraires, eh oui !) reçoivent des retours globalement très positifs du public et des médias.
Cette année, j’ai gagné en moyenne 750€ par mois. Suite à un incident professionnel vécu par mon conjoint, j’ai failli, enceinte de mon second fils, ne plus pouvoir payer mon logement.
Ma situation, madame la Ministre, n’est pas une anecdote isolée et personnelle. Elle est celle de l’écrasante majorité des auteurs de bd. Et je fais partie des chanceux. Ceux qui survivent.

Les propos que vous avez tenus, vous, écrivain, me font trembler. Vous venez du roman et je sais, pour y travailler également, que la situation des auteurs y est encore pire. Je déplore que le succès, ou votre nouvelle position, vous ait à ce point déconnectée de la réalité de l’immense majorité de vos collègues.

Je ne suis pas engagée politiquement, je ne suis pas syndicaliste, je ne suis pas militante. D’autres interlocuteurs seront plus à même que moi de vous proposer des solutions pour faire face à une paupérisation toujours plus grande de ceux sur qui repose toute la chaîne du livre. La situation est complexe. Les éditeurs, également, doivent être entendus. Personne ne vous demande de miracle. Mais un peu d’attention, un respect suffisant pour vous documenter un minimum serait un bon début. Ne vous a-t-on pas remis en mains propres le documentaire « Sous les Bulles », qui donne la parole à tous les métiers concernés par le sujet ? Regardez-le, s’il vous plaît. Il dure moins d’une heure et économisera un long travail de recherche à vos assistants.

Nous faisons un vrai métier.

Cordialement,

Isabelle Bauthian
Scénariste, écrivain, caressant encore l’espoir que sa ministre et consœur accordera à son métier l’attention qu’il mérite.

Edit « Alors comme ça ya des gens que ça choque que je compare le SNE au MEDEF » :
Mes petits amis, je SAIS que l’éditeur est un partenaire et non un patron. J’ai d’excellentes relations avec la plupart de mes éditeurs. Des relations fondées sur la confiance et le respect mutuel. Dargaud m’a d’ailleurs offert un très bon exemple de ce qu’est le respect de l’auteur récemment, j’en profite pour les remercier (coucou !).
Reste que, à titre individuel, on sait tous que la relation de dépendance n’est pas spécialement équilibrée. Des centaines d’auteurs, 5-6 éditeurs qui permettent de vivre de son art, même dans le meilleur des mondes ça semble une équation assez simple à résoudre.
Bref : ma remarque n’avait rien de dépréciatif, ni pour les éditeurs, ni pour la gauche, ni même pour le MEDEF. Je comparais juste des situations qui me semblent assez évidemment similaires. Quand on négocie, on ne le fait pas qu’avec un seul des partenaires sociaux, a fortiori avec le plus fort. C’est tout. Vous pouvez maintenant respirer mais faites gaffe : les idéologies et les grands principes, il parait que ça rend parfois un peu nerveux dans l’interprétation des choses.

Edit « La bd, c’est pour les enfants… Wé, non, en fait, elle n’a pas tout à fait dit ça » :
D’après monsieur Chaumont, conseiller en communication de la ministre, « L’entretien [sur actuabd] a eu lieu lors d’un atelier avec des élèves de CM1 et CM2, dans le cadre du tour de France de l’éducation artistique initié par le ministère de la culture et qui s’arrêtait à Angoulême. D’où la focalisation sur les enfants lors de l’interview. »
Bon, ça ne change rien au fond de ma lettre qui, je le rappelle aux mal-comprenants, concerne la crise des conditions de rémunération des auteurs de bd (comme le formulait fort judicieusement un mien-collègue), mais je trouve honnête de le préciser. D’autant que, si j’avais su ça dès le début, et même si ça m’agace toujours un brin qu’on parle surtout de l’aspect « jeunesse » de la bd car ça entretient les clichés, je n’aurais pas ironisé dessus.