Madame rêve…

Mot-clef du jour : « vaincre la haine »

Tout commença par une conversation innocente entre humanistes libertaires, gauchistes idéalistes diront certains. On parlait du monde, on parlait des gens, on passait en revue plein de situations absurdes. Un soupir, un sourire… la satisfaction rassurante de se comprendre, entre gens bien informés. La soirée s’éternisa, les invités nous quittèrent les uns après les autres. Restées en tête à tête, nous en vînment à évoquer la condition féminine dans notre beau pays. Et tout bascula :

Moi : …et effectivement, ce ne serait pas plus mal de supprimer le terme « mademoiselle » des formulaires administratifs. D’ailleurs, ça me fait penser…
Interlocutrice : QUOI ???
Moi : Hein ? Quoi, « QUOI ??? » ? Ah, oui. Ben c’est un peu personnel, de demander aux femmes si elles sont mariées.
Interlocutrice : Mais ya pas plus important dans le monde ?
M : Ah ben certes.
I : Non mais franchement, ça me tue, ces féministes hystériques ! Pourquoi elles ne s’occupent pas plutôt des discriminations salariales ?
M : La dernière fois que j’ai vérifié, ils le faisaient.
I : …plutôt que de rameuter la presse pour des conneries !
M : Tu n’as pas l’impression que c’est plutôt la presse qui ne les médiatise que pour les demandes de détail ?
I : Et de toute façon, c’est liberticide, d’interdire le « mademoiselle ».
M : …
I : Moi, j’aime bien qu’on m’appelle « mademoiselle ».
M : Alors, en fait, je peux avoir très mal lu, mais il me semble qu’aucune loi n’a prévu de t’interdire de te faire appeler « madame », « mademoiselle » ou « eh, machine ». Il s’agit juste de lutter contre une intrusion dans la vie privée sur les formulaires administratifs. Et c’est d’autant plus con que, maintenant, des tas de couples ne se marient jamais. Ça ne veut plus rien dire, cette distinction.
I : Ben justement !
M : Justement ?
I : Justement… euh… hein ! Voilà.
M : …
I : Je ne COMPRENDS PAS comment on peut s’énerver sur des trucs aussi STUPIDES !
M : Je… ne te cache pas que moi non plus.
I : Ya d’autres choses plus importantes !
M : Ben, si tu vas par là, tu ne luttes jamais contre rien.
I : Ya plus important, merde ! C’est de l’hystérie !
M : Ça me semble sain de remettre les hommes et les femmes au même niveau, c’est tout. Mais on n’est pas obligés d’en par…
I : Faudrait qu’on soit tous pareils, quoi !
M : Euh… Non, faudrait précisément qu’on accepte le fait qu’on est tous différents, et qu’il n’y a pas de raison de nous regrouper pour nos traiter de manière discriminatoire.
I : Pfff ! « Discriminatoire » ! Les grands mots !
M : Ben… c’est discriminatoire. C’est pas parce que le mot est à la mode…
I : On s’en FOUT, de ça !
M : T’es sure ?
I : Moi, j’aime bien qu’on m’appelle mademoiselle !
M : Non, mais…
I : C’est de l’hystérie !
M : Je…
I : HYSTERIQUE !!
M : Ben…
I : Ya plus important, merde !
M : Oui, oui, c’est s…
I : Et CA, ça passe à la télé !
M : J’avoue que…
I : Les féministes ont pas autre chose à foutre ?!
M : Ils…
I : Ces HYSTERIQUES ?!
M : J…
I : HYSTERIQUES ! HYSTERIQUES ! HYSTERIQUES !

Alors, mon interlocutrice quitta la pièce. Je la suivis pour tenter de lui rendre ses clefs, qu’elle avait oubliées dans sa hâte. Je ne pus la rattraper. Je garde d’elle l’image d’une personne en souffrance, le visage carmin, respirant difficilement, le souffle sifflant : « Hysss… hysss… hysss… » Elle disparut vers l’horizon, laissant derrière elle des effluves de sueur et de parfum bon marché. J’ignore ce qu’elle est devenue.

Il y a quelques mois, les Chiennes de Garde (qui ne sont pas mes copines pour des tas de raisons, mais ce n’est pas la question) et Osez le Féminisme ont demandé, dans un souci de cohérence, la suppression effective du terme « mademoiselle » des formulaires administratifs, en France, comme cela a déjà été fait dans plusieurs autres pays. Elles ont précisé dans la presse que c’était un détail, mais non négligeable, notamment pour favoriser les luttes plus importantes.

Un détail.

Manifestement, pas pour tout le monde.

10 trucs dits au sujet de “Madame rêve…

  1. Nuryko

    J’ai eu l’occasion de vivre le même genre de conversation et je n’arrête pas de m’étonner de l’énergie que les gens dépensent pour déplorer une action qu’ils jugent sans intérêt.
    J’aime ta retranscription :D

    Répondre
  2. Marc-Edouard

    Ouais ,bon …… Madame ou mademoiselle ,çà change pas grand chose , quand une femme porte des piques (genre hérisson), eh ben … elle porte des piques ( je prend des risques en disant çà ). :p :p

    A+ ( euh ,c’est quoi les cailloux que vous tenez dans votre dos…..)

    Répondre
  3. Ryle

    Mais j’étais sérieux :p

    Bon alors autre solution, on a qu’à supprimer l’option « Mle » de toutes les civilités des formulaires administratifs, et rajouter une zone obligatoire permettant de spécifier son statut marital : célibataire, mariée, veuve, en union libre, en couple mais frivole, moche, …

    (pourquoi je sens que je vais pas me faire beaucoup d’amies par ici ? ;))

    Répondre
  4. moine

    Je suis plutôt d’accord avec ton interlocutrice, pour le coup.
    Je me dis parfois que les chiennes de garde et osez le féminisme sont des antiféministes qui n’ont pour seul but que de décrédibiliser le combat féministe en concentrant régulièrement leurs coups médiatiques sur des détails insignifiants qui ne gênent que les sales petites bourgeoises qu’elles sont.
    Je trouve par exemple que la question posée par Badinter sur les influences du « maternage » sur la condition féminine était beaucoup plus significative (alors même que je n’étais pas d’accord avec elle).
    Si elles veulent des combats à la con, j’ai plein d’idées pour elles, notamment sur tout ce qui fait des femmes les victimes consentantes du sexisme (mais là-dessus on ne les entend pas, puisqu’elles sont elles-mêmes des victimes consentantes, les connes utiles du machisme) : demander la suppression des entrées gratuites en boîte pour les filles (qui fait des filles de simples objets sexuels destinés à attirer les mâles), qu’on arrête de recruter uniquement des filles pour les postes d’hôtesse d’accueil (on cantonne la fille dans un rôle de potiche que des garçons pourraient très bien tenir aussi), que les gardes d’enfant aillent plus facilement aux pères (parce que, ici encore, on cantonne la femme dans un rôle de mère, comme si les hommes étaient incapables de s’occuper d’enfants), etc.

    Répondre
  5. Isabelle Auteur de l’article

    moine : Ben je suis en grande partie d’accord avec toi, mais je ne vois pas en quoi ça oblige à mettre au rebut tout « petit combat », a fortiori avec des arguments comme « on s’en fout » (moi, quand je me fous d’un truc, je ne m’excite pas dessus).
    C’est ça, qui m’intéresse le plus, en fait, dans ces réactions : la grande colère qui est déployée pour dire « ya plus important ». Elles ont fait une demande toute simple, toute sobre et toute polie, sans la présenter autrement que comme un détail, et elles ont déclenché l’hystérie de leurs opposants, les procès d’intention, l’agressivité opaque… Je ne peut pas voir ça autrement que comme un révélateur du fait que le sujet est finalement pas si anodin dans l’inconscient collectif.
    Pour le sujet particulier du « mademoiselle », même si à la limite ce n’est pas le fond de mon problème ici, je suis pour la suppression. Pour une raison qui dépasse toute idéologie : sa présence n’est pas logique. Point.
    Après, on peut aller plus loin en disant que ça révèle un machisme sociétal, une caution de l’état pour des discriminations plus grandes. C’est sans doute subjectif et ouvert au débat… D’une manière générale, j’ai toujours tendance à penser qu’il est très important, dans n’importe quelle lutte, de, de temps en temps, sans se focaliser dessus, passer en revue les petits détails qui n’aident pas à changer les mentalités. Que chacun de ces petits détails est anodin mais que, dans leur ensemble, ils ont une grande importance. Concernant le féminisme, j’englobe dans ces « détails » toute ta liste (le point des gardes d’enfants me semblant d’ailleurs extrêmement important, il me semble qu’une loi est en train de passer pour accorder la garde alternée « par défaut »).

    Quand à l’image du féminisme, j’avais exactement la même opinion que toi il n’y a pas si longtemps. La décrédibilisation de la cause féministe est une des raisons pour lesquelles Les Chiennes de Garde ne sont pas mes copines, d’ailleurs.
    MAIS. Pour, dans le cadre de mon métier, avoir côtoyé des féministes, je me suis aperçue que NON, pour la plupart, ils ne concentrent pas leurs coups médiatiques sur des détails. Ils ne SONT MEDIATISES QUE quand ils évoquent des détails. Je ne sais pas dans quelle mesure les autres causes souffrent du même problème, mais dans le cas du féminisme, c’est effrayant, c’est grave, et c’est à mon sens révélateur des blocages culturels qui persistent dans notre inconscient collectif. Et c’est surtout ça que je voulais mettre en évidence dans cette note. Parce que le sujet du « mademoiselle », on est tous d’accord, c’est un détail.

    Répondre

Dire un truc.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>